Dossier : comprendre les compositions des cosmétiques

Comment déchiffrer ce qu'on trouve dans les produits cosmétiques conventionnels ou naturels ?
Pour comprendre la composition d'un produit, il faut apprendre à déchiffrer la nomenclature INCI.

INCI : International Nomenclature of Cosmetic Ingredients (Nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques).

Dans une liste d'ingrédients, les noms des plantes sont en latin et le reste est en anglais. Les ingrédients sont inscrits par ordre décroissant : du plus présent au moins présent. Généralement, en premier, il y a de l'eau (Aqua) et en dernier, des conservateurs ou des colorants. Si quelque chose vient derrière le conservateur, il est très faiblement dosé. Pour les tout petits dosages (en dessous de 1%) ils sont la plupart du temps dans le désordre, en fin de liste.

Les ingrédients à éviter et à privilégier

Vous trouverez en rouge ceux à éviter, en vert ceux à privilégier et en orange ceux tolérés.

Alcools

Les alcools ne sont pas à proscrire s’ils sont en fin de liste INCI, en faible quantité ils ne sont pas nocifs. Une quantité de 2% s’évapore dès l’application. L’alcool est utilisé aussi comme antiseptique dans les cosmétiques. A forte dose, l’alcool assèche la peau.

En cosmétique conventionnelle ou naturelle/bio, on trouve :

  • Les alcools classiques : Alcohol, Alcohol denat, Isopropyl Alcohol.
  • Alcool potentiellement irritant : Benzyl Alcohol (cosgard) = conservateur (on ne peut pas les éviter !).
  • Les alcools gras à préférer : Cetyl Alcohol, Stearyl Alcohol, Cetearyl Alcohol, Lauryl Alcohol, Myristyl Alcohol.

Les alcools gras (fatty alcohols) ne sont pas nocifs pour la peau ou les cheveux et servent généralement d'émollients.

Ammoniums Quaternaires (Quats)

Pour remplacer les silicones décriés, certains fabriquants les ont remplacés par des ammoniums quaternaires (aussi appelés "quats" = abréviation de Quaternary Ammonium Cation), des agents filmogènes, fixatifs, conditionneurs, antistatiques qui ont (hélas) les mêmes effets que les silicones qu'ils remplacent en étant également occlusifs !

Inci : quaternium-80, quaternium-15, Quaternium-22, polyquaterniums, Stearalkonium chloride, Cetrimonium Chloride, Behentrimonium chloride, Cetrimonium bromide, Cinnamidopropyltrimonium chloride, Dicetyldimonium chloride, Hydrogenated palm trimethylammonium chloride, Lauryltrimonium chloride...

Composés d'ammoniums quaternaires :
Irritants, toxiques, autorisés dans les cosmétiques à un dosage maximal de 0,1% comme conservateurs et utilisés autour de 3% comme conditionneurs.
Inci : Behentrimonium chloride (chlorure de behentrimonium), Cetrimonium chloride (chlorure de cétrimonium)

Généralement bien repérables par leur dénomination finissant par -trimonium chloride ou -trimonium methosulfate. Les polyquaterniums et quaterniums utilisés ont absolument le même effet que les silicones et s'accumulent autant sur la fibre capillaire et le cuir chevelu.  Ils sont juste là pour les remplacer, et rassurer le consommateur... (du marketing !)

A éviter.

En bio, les ammoniums quaternaires sont interdits. Sauf pour certains labels qui en autorisent certains malgré tout comme par exemple le BTMS (Behentrimonium methosulfate, un émulsifiant). Ce substitut des silicones est très présent dans les après-shampoings, il faut donc l’éviter pour ses effets négatifs (occlusif).

INCI : Behentrimonium Methosulfate (and) Cetearyl Alcohol

Ce n'est pas toxique en soi mais, par contre, le cuir chevelu n'apprécie pas cette substance ! Il a un « effet silicone », permet un démêlage instantané, mais est insoluble dans l'eau donc ne part pas au rinçage et s'accumule sur la fibre capillaire tout comme les silicones.

De plus, les procédés de fabrication des ammoniums quaternaires sont polluants et toxiques pour l'environnement.

A éviter.

Privilégier :

Le Honeyquat : un dérivé de miel auquel on a donné une charge cationique. Tout comme les autres quats, la charge positive fait que le produit enrobe le cheveu chargé négativement. Il est antistatique (puisque la charge électrique du cheveu est rendue neutre) et agit comme un conditionneur. Pas de panique, il est facile à rincer donc vous ne risquez rien puisqu'il ne s'accumule pas à la surface du cheveux. On peut dire que c'est un « bon » quat ! Il a un faible poids moléculaire donc peut aussi bien pénétrer le cheveu.

Inci : Hydroxylpropyl-trimonium honey

Le silicone végétal provenant d'algues rouges (ce n'est pas un quat !).

Inci : Carrageenan

Conservateurs

Les conservateurs antimicrobiens, obligatoires dès que l’eau est présente dans un cosmétique, servent à éviter l’intrusion de microbes dans un cosmétique. Ils permettent de le conserver de 3 semaines jusqu’à 1 voire 2 ans. En bio et en naturel, les conservateurs les plus dangereux sont évités. Mais ces derniers sont aussi les plus puissants dans la durée. C’est pour cela qu’une crème bio ne se conserve guère plus de 6 mois (c’est la garantie que le conservateur utilisé est sans danger). On note que ces conservateurs, bien que peu nocifs, peuvent être irritants, mais il est compliqué de les éviter. En pratique, ils ne se retrouvent qu'à un dosage très limité dans les produits (moins de 0,6%).

INCI : Benzyl alcohol, Dehydroacetic acid (= Cosgard) (acceptable bien que potentiellement allergisant).

Conservateurs allergisants : -zolinone.
Hélas, on trouve des conservateurs nettement moins recommandables dans les cosmétiques conventionnels; ils sont forts répandus depuis que les parabènes ont été décriés et sont donc utilisés en remplacement de ceux-ci. Ce changement est loin d'être une avancée, c'est en effet pire pour la santé car ils ont un fort potentiel allergisants ! On les reconnait à leur terminaison : -iazolinone.

INCI : methylisothiazolinone, methylchloroisothiazolinone

A éviter.

Privilégier les conservateurs naturels :

Le Naticide : Parfum / Fragrance.
En fait, ce conservateur ajoute aussi un parfum au produit, il a une odeur sucrée. C'est une fragrance végétale et un bon conservateur plus naturel. Il est efficace surtout pour les produits formulés à base d'eau et d'éléments aqueux, hydrolats, ...

L'EPP / Extrait de Pépins de Pamplemousse : Citrus Paradis Extract.
Même chose que la vitamine E, conservateur et anti-oxydant naturel mais lui peut servir à conserver des émulsions et pas seulement des huiles.

Le Potassium Sorbate : Potassium sorbate.
D'origine végétale, dérivé d'acide sorbique, sel d'acide organique existant à l'état naturel dans de nombreux végétaux dont le fruit du sorbier.

Le benzoate de sodium : Sodium benzoate
D'origine végétale, dérivé de l'acide benzoïque, sel d'acide organique existant dans de nombreux végétaux dont le cranberry et la résine de benjoin.

La Vitamine E : Tocopherol.
Lorsqu’un produit ne présente que des corps gras (huiles, beurres), un conservateur antioxydant est suffisant. En bio il s’agit principalement de la Vitamine E (naturelle), qui peut aussi être utilisée comme actif. C'est un anti-oxydant très efficace pour éviter que les huiles ne rancissent (mais ne suffit pas à conserver un produit contenant plusieurs phases).

Les huiles essentielles ont pour certaines des qualités bactéricides et fongicides mais ne sont pas considérées comme des conservateurs.

Huiles Végétales

Si l’on achète des huiles végétales, il est très important de les choisir vierges et de 1ère pression à froid. En effet, les huiles peuvent être extraites grâce à plusieurs procédés.

  • Vierge signifie qu’elle n’a pas subi de traitements chimiques.
  • De 1ère pression à froid garantit qu’elle n’a pas été chauffée et qu’elle a été extraite des graines et fruits oléagineux à la presse.

De fait, l’huile garde toutes ses qualités nutritives. Ce qui n’est pas le cas lorsqu’elles ont été chauffées et qu’elles ont ensuite subi un raffinage qui emploie des techniques telles que la décoloration ou la désodorisation …

Les huiles végétales qui ont subi des traitements chimiques ou non traitées à froid sont à éviter, de même que les huiles minérales (Paraffinum liquidum, Mineral Oil...) qui sont des purs produits de la pétrochimie, n'apportent rien à la peau ou aux cheveux, au contraire puisqu'elles l'empêchent de respirer et ne nourrissent pas, restent en surface et s'accumulent.

Parabens

Certaines marques naturelles utilisent des parabens en tant que conservateurs. Soi-disant moins nocifs, car présents dans certains fruits et légumes, tels que le methylparaben. Cependant, une étude a démontré que dans les crèmes solaires, le methylparaben accélérerait le vieillissement des cellules de la peau, provoquant la formation de rides et de taches de pigmentations. On peut les éviter d’autant qu’on trouve des alternatives plutôt facilement.

INCI : Methylparaben, Propylparabanen, Butylparaben, Parahydroxybenzoate de propyle, Parahydroxybenzoate de méthyle.

Phtalates

Les produits bio peuvent aussi contenir des phtalates … Cachés sous la dénomination « Parfum » ou « Fragrance » donc bien dissimulés. Généralement, il est précisé de quelle substance odorante il s’agit ou si ce sont des huiles essentielles naturelles.

INCI : Parfum, Fragrance.

Sulfates

Les sulfates sont des tensioactifs. Certains sont interdits en bio (dont le Laureth Sulfate) car ils sont très mauvais pour la peau et représentent un danger pour l’environnement. Les tensioactifs sulfatés proviennent d’huile végétale de palme ou de coco. Ils sont produits en masse et ne coûtent pas chers. Ils servent de base moussante dans la majorité (98% !) des gels douches et des shampoings que l’on trouve en grande surface et en pharmacie également !

Certains détergents, plutôt irritants sont malgré tout autorisés dans les cosmétiques biologiques. Les labels ont fait des concessions inacceptables à l'industrie ! Il est donc préférable de les éviter puisqu’il existe des alternatives.

Les tensioactifs autorisés en bio pouvant être irritants :
INCI : Ammonium Lauryl Sulfate, Sodium Coco Sulfate, Cocamidopropyl Betaine, Disodium Cocoamphodiacetate, Disodium Laureth Sulfosuccinate.

Les tensioactifs doux à privilégier :
INCI : Lauryl Glucoside, Decyl Glucoside, Coco Glucoside, Disodium Cocoyl Glutamate, Sodium Cocoyl Glutamate, Sodium Cocoamphoacetate, Sodium Lauroemphoacetate, Sodium Lauryl Glucose Carboxylate & Lauryl Glucoside, Sodium Cocoyl Hydrolyzed Wheat Protein, Sodium Cocoyl Hydrolyzed Wheat Protein Glutamate.

-

Les ingrédients à éviter absolument dans les cosmétiques

Des ingrédients néfastes envahissent nos cosmétiques sans même que l’on s’en rende compte. Un peu de pétrole par ci, un peu de produit toxique par là … Connaître les ingrédients nocifs est la base quand on veut utiliser des produits de beauté sains et sans danger. Il faut aussi savoir lire une étiquette. Attardons-nous sur les ingrédients présents dans les cosmétiques conventionnels, qu’il faut à tout prix éviter. La liste est loin d’être exhaustive… Si certains ingrédients dangereux ont été supprimés par les autorités concernées, il en reste des dizaines d’autres tout aussi néfastes et pour notre santé, et pour notre planète. C’est malheureux, mais ça coûte moins cher !
Les ingrédients chimiques nocifs auront des effets à long terme, insidieusement, puisque certains d'entre eux sont parfaitement tolérés par la peau ou le cuir chevelu mais ils pénètreront dans le corps où ils auront des effets sur le système hormonal et s'accumulent dans l'organisme avec le temps. Ils ne peuvent s'éliminer.

Définitions

Perturbateur endocrinien : molécule qui mime, bloque ou modifie l’action d’une hormone et perturbe le fonctionnement normal d’un organisme.

Les principales glandes endocrines sont : l’hypothalamus, l’hypophyse, la surrénale, la thyroïde, les ovaires, les testicules, la parathyroïde, le pancréas, le thymus. Les fonctions des hormones sécrétées par les glandes endocrines sont :

  • Energétique
  • Maintien et contrôle de l’environnement interne
  • Croissance et développement
  • Reproduction

Pétrochimie : utilisation de composés chimiques de base issus du pétrole pour fabriquer d’autres composés synthétiques, présents ou non dans la nature. On utilise la pétrochimie dans la fabrication de : détergents, cosmétiques, plastiques, médicaments, engrais … 

Résumé des substances à éviter :

Un produit naturel ne doit pas contenir de silicones ou de quats :
dimethicone, cyclomethicone, paraffinum liquidum, mineral oil, polyquaternium-10, quaternium-80, amodimethicone, cyclopentasiloxane, behentrimonium chloride, behentrimonium methosulfate, guar hydroxypropyltrimonium chloride...

Eviter : -icone, -siloxane, -monium chloride -monium methosulfate.

Il ne doit pas contenir de composés éthoxylés :
ceteareth-20, ceteareth-33, PEG-100 stearate, PEG-20, Laureth-9, Tricedeth-12...

Il ne doit pas contenir de base lavante agressive pour le cuir chevelu :
Laureth sulfate, Sodium Laureth Sulfate, Sodium Lauryl Sulfate, Ammonium Lauryl Sulfate

Eviter : -eth + un chiffre, PEG, Sulfate..

Il ne doit pas contenir de conservateurs toxiques :
propylparaben, methylparaben, phenoxyethanol, BHT, methylisothiazolinone, methylchloroisothiazolinone, chlorhexidine dihydrochloride...

Eviter : -paraben, -ethanol, BHT, -zolinone

Même en pharmacie et bien sûr dans les grandes surfaces, on trouve des formulations dites ‘douces’ ou ‘hypoallergéniques’ contenant ces substances.
En bio également puisque de nombreux ingrédients de cette liste sont autorisés. A vous de vérifier les étiquettes !

-

Décodage des formules en cosmétique conventionnelle

Alcohol

C’est un ingrédient à risque lorsqu’il est placé en début de la liste car très irritant et asséchant, en fin de liste, il n’est pas nocif.
INCI : Alcohol, Alcohol denat, Isopropyl Alcohol.

A éviter si en début de liste.

Alkylphénols

Agents émulsifiants. Soupçonnés d’avoir un impact sur la fertilité et sur le foetus, perturbateur endocrinien, atteinte à l’ADN et potentiellement cancérigène.
A noter : le nonylphenol, le plus dangereux est une substance utilisée dans les spermicides.

INCI : Nonylphénol, Nonoxynol, Octylphénol, Propylphénol …

A éviter.

BHA et BHT (hydroxyanisol butylé et butylhydroxytoluène)

Antioxydant et conservateur utilisé dans les crèmes hydratantes et dans les rouges à lèvres. Perturbateur endocrinien, cancérigène.
L’hydroxyanisol butylé (BHA) et le butylhydroxytoluène (BHT) sont deux additifs alimentaires qui protègent les aliments gras contre l’oxydation. On les retrouve aussi dans les cosmétiques, pour la même raison. Ils sont classés parmi les cancérigènes en Californie et interdits dans certains pays. On s’inquiète de leur toxicité et de leur activité oestrogénique.

INCI : E320, E321.

A éviter.

Privilégier les antioxydants naturels tels la vitamine E (tocophérols) et la vitamine C (acide ascorbique) que l’on retrouve dans plusieurs produits cosmétiques mais qui ne sont malheureusement pas beaucoup utilisés à cause de leur coût plus élevé que les antioxydants chimiques.

DEA (diethanolamine) et dérivés

Correcteur d’acidité. Substance cancérigène.
Le DEA (diethanolamine) est une substance cancérigène qui est ajouté dans les produits pour les rendre de consistance crémeuse, moussante et utilisée pour ajuster le Ph en neutralisant l'acidité d'autres ingrédients. Il est présent dans les bains moussants, shampoings, lotions corporelles, savons liquides, démaquillants  et beaucoup d’autres produits.
Dans une étude datant de 1998, le National Toxicology Program (NTP) a établit une relation possible entre l'application externe de DEA et ses dérivés sur la peau et l'apparition de cancers sur des animaux de laboratoire.

INCI : Cocamide DEA, Lauramide DEA, Cocamide MEA, DEA-Cetyl Phosphate, DEA Oleth-3 Phosphate, Lauramide DEA, Linoleamide MEA, Myristamide DEA, Oleamide DEA, Stearamide MEA, TEA-Lauryl Sulfate.

A éviter.

Ethers de glycol

Solvants, parfois utilisés comme parfums. Très irritants pour la peau et allergènes. Ce sont des perturbateurs endocriniens, ils provoquent des troubles de la reproduction chez l’homme et sont soupçonnés d’être cancérigènes.
INCI : 2-phénoxyéthanol, Phénoxytol.

A éviter.

Formaldéhyde et libérateurs de Formaldéhyde

Conservateur. Irritant et allergisant. Le formaldéhyde est un agent cancérigène reconnu.
INCI : DMDM hydantoin, Diazolidinyl urea, Imidazolidinyl urea, Methenamine et Quaternium-15.

A éviter.

Huiles minérales

Très néfastes, forment un film occlusif sur la peau. Substances issues de la pétrochimie. N’apporte aucun élément nutritif à la peau contrairement aux huiles végétales vierges.
INCI : Paraffinum liquidum, Mineral Oil, Cera Microcristallina, Petrolatum …

A éviter.

Parabènes

Conservateurs. Allergisants, perturbateurs endocriniens, potentiellement cancérigènes (cancer du sein notamment).
INCI : Butylparaben, Methylparaben, Ethylparaben, Propylparaben, E214 à E219, parahydroxybenzoate de propyle, parahydroxybenzoate de méthyle.

A éviter.

PEG

Agents tensioactifs, émulsifiants ou humectants. Apportent de la douceur et plus ou moins de consistance aux crèmes. Obtenus à partir de procédés chimiques utilisant des gaz toxiques. Soupçonnés d’être cancérigènes (cancer du sein).
INCI : Polyéthylène glycol (PEG), Polypropylène Glycol (PPG), PEG-6, PEG-8, PEG-40, PEG-100 …

A éviter.

Phtalates

Cachés dans les cosmétiques, ils apparaissent sous l’appellation : Parfum ou Fragrance. C’est un mélange de produits chimiques. Perturbateurs endocriniens, cancérigènes soupçonnés (cancer du sein et des testicules).
INCI : terminaison en -Phtalate, Diisodecylphtalate, Parfum, Fragrance.

A éviter.

Sels d’aluminium

Anti-transpirants, utilisés dans les déodorants mais aussi dans le dentifrice (et même dans certains médicaments …). Cancérigènes, ils auraient aussi des effets néfastes sur le système nerveux à long terme.
INCI : Aluminium chloridrate.

A éviter d'autant qu'il existe des alternatives naturelles.

Privilégier les sels d’alun naturels : alun potassium.

Silicones

Apportent douceur et un effet « lisse » et « glissant » aux cheveux et à la peau. Utilisées notamment dans les shampoings et fonds de teint. Bilan écologique catastrophique.
Très néfastes, forment un film occlusif sur la peau (qui ne peut plus respirer) et étouffent les cheveux.
INCI : Dimethicone, Amodimethicone, Cyclohexasiloxane, Cetyl dimethicone copolyol, Phenyl trimethicone, Stearyl dimethicone… Terminaisons en -one, -ane.

A éviter d’autant qu’il existe des alternatives naturelles et non polluantes.

Privilégier le silicone végétal provenant d'algues rouges : Carrageenan.

Sulfates – SLS et ALS

Agents moussants, tensioactifs, émulsifiants utilisés dans 95% (malheureusement) des gels douches, shampoings et dentifrices que l’on trouve dans le commerce et en pharmacie. Irritants et desséchants, très agressifs pour la peau. Perturbateurs endocriniens, cancérigènes soupçonnés (cancer du sein).
INCI : Sodium Laureth Sulfate, Sodium Lauryl Sulfate, Ammonium Lauryl Sulfate.

A éviter d’autant qu’il existe des alternatives non agressives et en plus non polluantes !

A privilégier, les tensioactifs doux :

INCI : Lauryl Glucoside, Decyl Glucoside, Coco Glucoside, Disodium Cocoyl Glutamate, Sodium Cocoyl Glutamate, Sodium Cocoamphoacetate, Sodium Lauroemphoacetate, Sodium Lauryl Glucose Gcarboxylate & Lauryl Glucoside, Sodium Cocoyl Hydrolyzed Wheat Protein, Sodium Cocoyl Hydrolyzed Wheat Protein Glutamate.

D'une façon générale, les tensioactifs alkyl glutamates (qui terminent en -glutamate) sont à privilégier dans un produit : ce sont les tensioactifs les plus doux. Viennent ensuite les dérivés de glucosides (-glucoside...), eux aussi très sains et respectueux de la peau et des cheveux.

Bien sûr, les tensioactifs plus doux sont aussi plus chers (au moins 10 x plus chers), ce qui explique la large utilisation de tensioactifs agressifs dans une grande majorité de produits sur le marché pourtant présentés pourtant comme hypoallergéniques ou ultra doux ! Assez incroyable, quand on pense qu'on pourrait très bien utiliser les SLS et ALS pour nettoyer son sol, alors imaginez l'effet sur la peau ou les cheveux qui subissent alors un décapage intense...

Triclosan

Conservateur. On le trouve principalement dans les produits anti-acné, dentifrices mais il est très répandu. Il est très irritant pour la peau. Il rend plus résistant aux antibiotiques. C’est un perturbateur endocrinien et il est cancérigène. Bilan écologique catastrophique.
INCI : Triclosan, TCL, Trichlorine, Cloxifenolum, Lexol 300, Aquasept, Irgasan, Gamophen, DP300, Ether de diphényle d’hydroxyle.

A éviter.

---

En conclusion, il vous reste à vérifier vos flacons de cosmétiques ou produits d'hygiène pour analyser leurs compositions, découvrir s'ils sont sains pour vous et pour l'environnement. Il faut bien sûr un temps d'apprentissage pour retenir cette terminologie compliquée mais à force, on finit par repérer les bonnes compositions et à savoir faire le tri entre le 'bon' naturel et/ou bio et celui qui n'est pas vraiment recommandable ! Le choix d'un produit bio ne suffira pas d'emblée puisque de nombreux ingrédients nocifs sont hélas autorisés. Qui dit 'bio' ne signifie pas automatiquement sans risque pour la santé ou pour l'environnement. La seule garantie du bio est avant tout écologique : une partie (minimum 10% et cela peut être un hydrolat) des ingrédients d'un produit cosmétique est issue de l'agriculture biologique, donc sans pesticide, et des procédés chimiques lourds n'ont pas été utilisés. Pour le reste, les labels bio ont fait beaucoup de compromis discutables d'un point de vue éthique puisqu'ils acceptent une bonne partie d'ingrédients nocifs dans leurs chartes. De même, les fabricants dits naturels ou bio font aussi parfois des (grands) écarts éthiques, business oblige... Chaque composition (qu'elle soit issue du secteur conventionnel, du naturel ou du bio) doit donc être vérifiée pour être sûr de l'innocuité totale des ingrédients utilisés. Dans ce domaine, on ne peut pas acheter en faisant confiance aveuglément. D'autre part, ce n'est pas parce qu'un produit est naturel et bien composé qu'il peut être inneficace. La qualité et l'efficacité restent primordiales. On peut faire d'aussi bons produits en naturel et/ou bio qu'en conventionnel. A chacun donc d'être un consommateur avisé et responsable pour aller vers une cosm-éthique de qualité !

Un doute sur un produit ?

Sites utiles pour vérifier la qualité (ou non) des produits utilisés. Consultez des sites comme :
L'observatoire des cosmétiques : http://www.observatoiredescosmetiques.com
La vérité sur les cosmétiques : http://www.laveritesurlescosmetiques.com/inci_fr.php
EWG cosmetic database : http://www.ewg.org/skindeep/